Monday, October 18, 2021 15:45:01

Rs 26.80

News

À la découverte de l’agriculture 2.0

C’est dans une ambiance de sortie scolaire, avec crams-crams et casquette, qu’une centaine de collaborateurs ont quitté leurs bureaux, les 21 et 22 octobre derniers, pour une visite des champs. Parce que l’avenir de l’agriculture passe par l’efficience et la rentabilité, le digital est au cœur du travail des champs. Cet eductour, organisé par l’équipe de Terragri et animé par Ved, se voulait une découverte, sur le terrain, de l’agriculture de précision. Le projet, en réalité, a été plus que cela.

Derrière la technicité, il restera toujours les hommes. Les opérateurs de nos machines agricoles ont vécu cette visite comme une reconnaissance de leur métier. Pour Naden, tout heureux de prendre le micro, c’est un retour à la terre. « Se travay later ki pe fer lekonomi Maurice bouze, ki pe nouri nou. C’est là que tout commence. Dimunn pe realize aster, zot tou pe rod plante… », dit-il. Chez Frederic, qui se charge des « heavy duties », les sols tenaces, on sent beaucoup de fierté à déployer l’artillerie lourde. « Nou ena tou, nou pa mank narien! », lance-t-il.

Ils étaient une dizaine à monter à bord de leurs machines pour faire le show à tour de rôle. Dynamique Master of Ceremony, Ved s’efface et veille à la bonne synchronisation. Des charrues au semoir, des distributeurs d’engrais au pulvérisateur, Deven, Navin, Yannick et les autres montrent comment leur équipement intègre les dernières innovations. Dans l’assistance, les uns se hasardent à grimper à bord du tracteur, les autres veulent actionner le drone, la petite vedette qui scrute et scanne les champs. Partout, ces solutions connectées, qui facilitent désormais le travail des champs, font écarquiller les yeux.

Au terme de quatre arrêts, de Bon Espoir à Montrocher, la promenade s’achève sur les champs d’oignons. On se sert à pleines mains sans faire de manières. Avec 300 tonnes produites cette année, aucun risque de pénurie, dit Giovanni. « Nous vous l’avions dit : il fallait prévoir… des baskets ! », plaisante Ved.

Un bon moment que Gilbert, notre responsable de logistique, résume ainsi : « C’est une vraie synergie qui se dessine entre Agri et Milling. On sait où on va… ». Ce sera ensuite au tour de l’usine d’ouvrir ses portes…

Ce qu’ils ont préféré :

Preety, au département “électricité” depuis 5 ans

« Je ne savais pas qu’il fallait autant de travail pour restructurer le sol, préserver sa valeur agronomique et en exprimer le meilleur rendement. Je ne savais pas non plus à quel point le GPS pouvait aider à maintenir la santé de la terre, en aidant à repérer les zones déficientes pour y apporter les fertilisants, là où il le faut et en quantité suffisante. Cette précision est impressionnante. Je suis très heureuse surtout d’avoir compris ce que font mes collègues. Respect !”

Ritchie, au département “informatique” depuis 5 ans

« Dans mon département, on développe des outils, mais on ne sait pas comment ils aident à la décision – comment le drone, par exemple, est vital dans une stratégie de gestion des coûts. Nous allons rarement sur le terrain voir le processus. Sur le plan technique, ma grande surprise, ce sont les trois systèmes d’irrigation. Sur le plan humain, j’ai appris à regarder les chauffeurs de tracteurs différemment. Ce sont de véritables managers des champs, avec des responsabilités techniques précises et complexes. »

Share to Facebook Share to Linkedin Share to Twitter More...