Friday, December 3, 2021 15:45:00

Rs 28.95

News

Terragri concentre ses efforts sur les techniques agricoles écologiques

L’année 2020 a marqué un tournant dans les opérations de Terragri, avec un effort concentré sur la mise en place de techniques agricoles écologiques. Pépinière d’idées novatrices, d’expérimentations heureuses et de réussites, ces techniques ont permis d’ouvrir la voie à une agriculture douce et respectueuse de l’environnement.

Si l’engagement vert de Terragri avait déjà démarré avec le recyclage des huiles usées du garage en 2010, c’est en 2020 que la compagnie commence à revoir entièrement son fonctionnement pour des opérations plus respectueuses de l’environnement. L’un des premiers soucis qui se pose aux équipes : la lutte contre les adventices, plus communément appelées les mauvaises herbes. Pour réduire l’utilisation en herbicides, soit les traitements traditionnels, Terragri a dû faire preuve d’ingéniosité et instaure, dès 2020, des techniques intelligentes et plus vertes.

« Nous utilisons aujourd’hui de nombreuses techniques, dont certaines sont toujours en phase d’expérimentation. Par exemple, plutôt que de défricher les champs en optant pour le brûlis – qui a des conséquences désastreuses sur l’environnement –, nous misons plutôt sur l’utilisation de paillis de canne pour réprimer la pousse des adventices », explique Jean-Marc Jauffret, Agricultural Manager chez Terragri.

En 2021, ce sont 500 hectares qui ont ainsi été couverts : une technique qui a permis une réduction considérable en termes d’utilisation d’herbicides. Mis en place en 2020, le désherbage mécanique est, lui aussi, une technique en pleine expérimentation qui permettrait d’oeuvrer pour la lutte contre les adventices.

Et pour réduire l’utilisation d’engrais chimiques, Terragri s’est lancée dans une méthode originale : la rotation avec une légumineuse. Les doliques pourpres plantées dans les champs représenteraient en effet une source d’azote importante, y réduisant donc l’application d’engrais chimiques azotés. « Trois mois après le semis, les plantes sont broyées et incorporées dans le sol pour une restitution de l’azote. La canne utilisera ensuite l’azote fixé par la légumineuse pour sa propre nutrition. Cela nous permet de rationaliser, et parfois même d’éliminer l’utilisation de fertilisants chimiques pour la plantation, et de mieux contrôler les adventices », affirme Patricia Laurent-Ragavan, agronome chez Terragri. L’utilisation d’écume de sucrerie comme source de phosphate et la valorisation de la vinasse comme engrais potassique dans les champs ont, elles aussi, permis de réduire l’application d’engrais chimiques.

« Notre but est de diminuer l’introduction de matières étrangères dans le sol et d’assurer la pérennité de nos terres », ajoute Patricia. Un engagement qui se ressent dans les initiatives prises par Terragri. La décision de s’essayer à la canne biologique en est un bon exemple. Démarrée en 2019, ce sont 58 hectares qui ont été dédiés à la culture biologique qui est toujours au stade d’expérimentation. L’intégration d’outils technologiques en 2021, du type QGIS ou drone, en est un autre exemple. « Ces outils nous permettent de concevoir des plans d’aménagement. Le but est de minimiser les risques d’érosion amplifiés par les flash
floods et la perte de couche arable », dit Jean-Marc. « Le logiciel GQIS nous permet aussi d’identifier les bassins versants, ce qui contribue à la conception de passages d’eau dans les champs », ajoute Patricia. Des solutions innovantes pour un aménagement du territoire définitivement plus respectueux de la nature.

Share to Facebook Share to Linkedin Share to Twitter More...